7 et 8 mai 2016 CROIX EN TERNOIS (62)

 

Notre première expérience du circuit au CASTELLET était un peu impressionnante car justement c’était la première fois et le RICARD est un grand circuit un peu mythique. Puis la chute de Marie-Laure a calmé nos ardeurs et c’est dans un état d’esprit plus détendu que nous aborderons la deuxième course du championnat à CROIX EN TERNOIS dans les hauts de France. Le side-car est prêt, quelques petites modifications en carburation, un nouveau braquet (circuit plus court) et la mise en place d’un guide-chaîne pour arrêter d’usiner la cloche d’embrayage et le réservoir d’huile.Circuit Crois en Ternois

Mercredi 4 mai après la journée de travail nous prenons la route en direction de CROIX EN TERNOIS car…..c’est loin, 980 km depuis la maison. Nous ferons une pause pour la nuit à presque mi-chemin. Le jeudi 5 en fin d’après-midi nous nous sommes enfin sur le paddock de ce petit circuit (comparé au CASTELLET) et la météo est clémente, c’est agréable. La majorité des équipages sont déjà arrivés. 

Le vendredi 6 mai est la journée consacrée aux essais libres (mais payants…), 3 séances sont prévues et nous en feront deux. La première séance nous apprenons le tracé, pas compliqué, ligne droite (assez courte) des stands en descente, au bout un gros freinage pour un droite serré, puis un bout droit suivi du premier gauche un peu technique, un droite, un bout droit pour se jeter dans le droite aveugle sous la passerelle (le virage le plus chaud) puis le deuxième gauche rapide pour enfin un gros freinage pour prendre le droite serré pour attaquer  la ligne droite des stands.

Nous validons le braquet et la carburation, le guide-chaîne est à modifier puisqu’il a déjà bien réduit après seulement  15 minutes de roulage. La deuxième séance sera écourtée car au troisième tour sur le freinage au bout de ligne droite la pédale s’enfonce mais il ne se passe rien… Grand moment de solitude mais en appuyant plus fort le side-car ralentit. Je me dis que les freins ont chauffés et nous faisons un tour tranquille pour le refroidissement mais toujours pas de frein. Alors retour au paddock et on constate que le vis de purge de l’étrier arrière s’est desserrée…Incompréhensible. Remplacement des plaquettes par des modèles moins agressifs, purge du circuit et contrôle de toutes les vis de purge.

Nous voici au samedi  7 mai, c’est le jour des essais chronos et de la première course du week-end. La météo est parfaite, grand soleil avec 25°C prévus au plus chaud de la journée, pas 10 le matin et 15 l’après-midi comme disent nos amis belges ! cf le commentateur du circuit.

Mais la mise en route du side-car sera difficile, il faudra insister pour le démarrer à l’aide des rouleaux. Arrivés en pré-grille nous le maintenons en marche et le directeur de course donne le feu vert pour rentrer sur la piste. Au premier virage, le moteur cale, impossible de redémarrer et c’est terminé pour les essais chronométrés. Néanmoins nous pourrons prendre le départ de la course mais en fond de grille. Nous sommes un peu dépités mais il faut reprendre le dessus pour trouver l’origine du défaut. Contrôle des circuits d’essence et électrique et en conclusion : deux bougies HS. Test de mise en route OK. Nous pensons avoir noyé le moteur lors du premier démarrage pour les essais chronos. C’est soulagé que nous nous présentions en pré grille pour la première course. Moteur arrêté nous attendons l’ordre des autorités pour rentrer sur la piste. Le moment venu des bras sont venus nous aider pour pousser le side-car, les copains du club VINCENT, PAUL LEGLISE et le fils LE DANTEC. Mais rien à faire il ne voudra jamais démarrer…..Donc retour au paddock en poussant…

Cette fois-ci il est urgent de trouver la panne sinon nous serons venus pour rien.  Et c’est Alain, du club VINCENT, qui a soumis l’idée d’une panne de bobine d’allumage puisque à froid le moteur démarre mais plus moteur chaud. Remplacement de la bobine et OUF c’était bien cela. En fait je laissais le coupe circuit en place tout le temps ce qui avait pour effet d’alimenter la bobine en permanence et ce n’est pas bon du tout. Rassurés, nous prenons part à l’habituel et sympathique apéritif des sidecaristes puis au lit de bonne heure car deux courses sont au programme le lendemain.

Circuit de Croix en Ternois

Puis, réveil par le commentateur du circuit à 7h45 qui annonce l’arrivée du boulanger et du soleil, que du bonheur. Notre course est en fin de matinée, ça nous laisse du temps pour les préparatifs  et regarder les autres courses dont celles du VMA (vitesse motos anciennes) où une autre VINCENT est engagée, celle des établissements GODET pilotée par Bruno LEROY. C’est impressionnant de le voir évoluer au guidon de la 500 GREY FLASH. Il remportera toutes les courses sans aucun problème ! Bravo ! Et comme il était venu avec deux autres motos, une 500 YAMAHA et une 750 DUCATI, il roulera dans trois catégories différentes. Il ne finira QUE second avec la DUCATI et premier sur la 500 YAM….Impressionnant je disais.

Mais il est temps qu’on se prépare pour se présenter en pré grille. Le side-car démarre sans problème et enfin nous sommes sur la ligne du départ en fond de grille. Les feux rouges s’éteignent, nous prenons un assez bon départ et déjà le groupe de tête commence à s’éloigner. Au deuxième tour le moteur « pétarade » mais marche bien dans les tours alors on continu. Mais au troisième tour le bruit devient vraiment bizarre, je ressens  quelque chose sur la cuisse, je ralentis, je baisse les yeux et je vois le carburateur du cylindre avant qui « pendouille » car les vis de la pipe d’admission se sont faites la malle…. REGNEUGNEU !!!!! Retour au paddock en poussant. Je retrouve les vis coincés entre les cylindres et heureusement car je n’ai pas des vis en WITHWORTH en stock. Mais les copains du club VINCENT étaient prêts à me dépanner au cas où.

Ça commence à faire beaucoup de problèmes dans le weekend et il ne reste plus qu’une seule course pour nous exprimer au guidon du VINCENT KIRBY. On va relativiser un peu car on a vu des équipages refaire un moteur avec deux donc à côté nos ennuis ne sont pas grand-chose. On se concentre pour la dernière manche.

Alors c’est toujours en fond de grille que nous sommes placés sur la ligne de départ. Les feux rouges s’éteignent, nous bondissons de la ligne et le side-car s’arrache avec force à tel point qu’on est surpris  et on a même l’impression que les autres équipages sont scotchés sur la grille. Au premier freinage nous avons remontés la moitié des places, au deuxième tour nous nous bagarrons pour la troisième place et au troisième c’est pour la deuxième place. Ça va très vite, l’équipage avec le BMW a du métier et la vitesse à laquelle il rentre dans le droite sous la passerelle est impressionnante, tout en glisse des trois roues. Au quatrième tour nous ferons le freinage au bout de la ligne droite, ne rien lâcher et ça paye. Nous ne quitterons plus la deuxième place jusqu’au drapeau à damiers. Un immense bonheur nous envahit et tous les problèmes du weekend sont effacés d’un seul coup. Nous sommes félicités par les autres équipages, le public et les copains du club VINCENT.Circuit de croix en Ternois

Donc au final une seule course mais quelle course! Le reste est la suite de l’apprentissage débuté au CASTELLET. Nous sommes maintenant confiants pour les courses suivantes, le side-car est compétitif et c’est à nous à être plus vigilant sur les contrôles avant l’épreuve. Merci à tous ceux qui ont poussés le side-car tout le weekend. Prochaine manche du championnat à PAU ARNOS les 25 et 26 juin.

A bientôt,

Hervé et Marie-laure.